jeudi 31 décembre 2015

La note bleue

Sensations d'être en avance tout autant qu'en retard,
Entre deux mondes qui se chevauchent et s'entrecroisent...
Situation délicate, voire inconfortable car
En équilibre sur un fil qui n'en est pas un, mais une multitude qui se toisent.

Slalomer entre les événements sans équivoque,
Eviter les écueils qui s'invitent à leurs seules pensées,
Sautiller ou bondir sur les coups de chance à dessein convoqués,
Evoluer dans ces dimensions sismiques ou d'éternité...

Opère alors la magie du chemin du milieu pour qui l'appelle.
Ne pas se leurrer en imaginant que tout se fera sans efforts,
Ou que tout est écrit donc qu'il n'y a qu'à s'en aller à tire-d'aile :
Naître est un acte de foi sans conditions, qui demande une posture et un choix fort.

Oh doux horizons sans tangages, quelle fortune de vous apercevoir !
Nager librement dans ces ondes si perturbées malgré les dissonances,
Onction suprême et délicate permise par la note bleue qui donne à voir
Noblement qu'au final grâce aux harmoniques le temps n'a plus d'importance...

Dédicacé à Patrice


http://blog.hdwallsource.com/tag/music-notes-wallpapers/

samedi 26 décembre 2015

L'aube

Des brumes matinales s'élèvent les fumerolles de la Terre,
Rendant tout cotonneux le paysage alentour comme une illusion
Ou la sortie d'un rêve qui se prolonge un peu plus, images naguère
Nettes devenues floues parce que le dormeur se réveille de sa vision.

Tout s'étale et se déploie soudain car notre ami le Soleil
Dégage la voie grâce à ses rayons infinis et généreux :
L’œil, le cœur, la tête... c'est un grand émoi qui s'éveille
Devant la beauté de ce monde qui se révèle avec des possibles vertigineux.

Puissante, une énergie inépuisable s'invite à l'envie
A qui veut bien l'accepter, comme le chat qui s'étire sur un bout de terre chauffé,
Réactivant notre joie d'être vivant et admirer ce lever matinal qui initie
De bons augures pour la suite du chemin, car gonflé à bloc de cette vue magnifiée.

Là où découragement et morosité semblaient ancrés, tout devient lumineux et illimité.
L'étincelle amorcée s'intensifie comme une braise sur laquelle souffle le vent.
La simplicité enfantine nous emplit à nouveau, avec un brin de magie dans cette réalité :
Un pas devant l'autre, l'Esprit confiant, avec ce jour naissant qui se lève, éclatant.

http://www.ossauphoto.com/mots-clefs/brume/

mercredi 23 décembre 2015

Humanum gratias

La gratitude est un processus long et unanime
En ceci que rien ne peut être poussé pour qu'il se mette en place.
Comprenez bien que c'est un état d'âme, un état d'esprit, un état de corps
Et que son émission vibratoire s'inscrit par cette union tripartite.

Comment peut-on être reconnaissant face à une épreuve vécue de façon maligne ?
Si en soi tout n'est qu'instabilité émotionnelle et chaos qui s'amasse,
On ne peut dire "merci' pour cette expérience qui s'apparente à une mort
De ce qui fut et nous laisse la tête en arrière, le corps vrillé, en kit.

Ce n'est pas devenir indolent face aux événements qui surviennent, magnanime,
Ou résigné ; c'est vivre pleinement ces instants violents ou pleins de grâce
Pour ce qu'ils sont, débarrassés des spectres des affects suborneurs.
Oui, c'est un sacré programme, mais voir la Beauté en chaque chose qui nous entoure est tout sauf un rite.

Invitons-nous à ouvrir cette porte de magnificence ultime,
Pour que chaque moment d'inspiration et d'expiration soit un présent efficace
En ceci : rayonner de ce que l'on est sans remords
Afin que ceux qui nous entourent puissent être en gratitude de se côtoyer et se félicitent !

http://fr.dreamstime.com/photographie-stock-libre-de-droits-chiffre-de-femme-comme-arbre-avec-des-branchements-de-bras-image3877607

mercredi 16 décembre 2015

Hissez haut !!!

Doucement, tendrement, descend et s'étend une énergie
Qui enveloppe et pénètre les différentes couches sensitives
De nos pensées, artefacts d'un temps révolu, fini
Puisque inexistants dans cette nouvelle dimension évolutive.

Alors, tout à coup, débarrassés, libres de ces a-marres,
Qui nous retenaient, nous maintenaient enfermés sur nous-même,
Un grand vent emporte notre coque en direction de notre phare
A tous, cette magnifique lueur si loin et si proche de notre schème.

Une douce brise, aimante et caressante circule
Entre tous, faisant fleurir les sourires et le bien-être
Malgré la houle et le roulis des vagues qui pullulent
En dessous. Mais qu'importe, nous avons trouvé l'équilibre en Maître.

Et voici cette flotte d'âmes qui se destinent
A vivre pleinement leur intériorité exprimée, tenant le flambeau
De ceux qui montrent le chemin en éclaireurs sur la voie divine,
Non pas avec facilité, entendons-nous bien, mais avec la volonté d'un héraut.

http://www.zphoto.fr/bateau_sous_les_vagues_deferlantes_photo567195.html






dimanche 13 décembre 2015

Vecteurs

Bitume d'acier et ronds de jambes,
Qui peut prétendre s'asseoir en confiance
Sans regarder derrière lui si c'est une tombe
Ou une chaise qui se présente sans offense ?

Poussières d'enfer et froid de plume,
Jusqu'où irons-nous pour pacifier l'ouverture
Qui mène à notre vrai Moi, désintégrant l'amertume
D'être Soi dans le miroir d'une image dure ?

Vol de chimères et sincères regrets,
Aime, vis, vois, apprends et lance-toi :
Attendre, attendre... mais attendre quoi aux aguets ?
Tout n'est qu'inconstance et mouvements au-delà...

Bleu incandescent et gris flamboyant,
Chercher, c'est abandonner ; recevoir c'est être.
Sois comme tu as envie d'exister, vibrant
Et solennel dans ta liberté de renaître.

http://fotomelia.com/?download=abstrait-abstract-background-vecteur-arriere-plan-ondes-doree-2

dimanche 6 décembre 2015

Girouette

La rose des vents s'affole car ils sont changeants,
Nos sentiments ces derniers temps, ne cessant
De tourner de ci, de là, pour un oui ou pour un non,
Sans raison apparente et encore moins pour suivre une mission.

Qui espère encore à ce jour voir sa vie devenir limpide
Sans regard intérieur n'est qu'un éternel rêveur, vide
De congruences* dans sa posture et ce qu'il est en dedans.
L'alignement est primordial quand on suit son chemin humain et divin.

Comme lorsqu'on ouvre la trappe de la cheminée pour raviver le feu,
A nous d'ouvrir les bras et d'appeler de nos vœux
Que la flamme qui nous habitait quand nous étions enfants,
Quand tout était possible et magique, se révèle à nouveau intentionnellement.

Alors quelle joie de se sentir plein et entier,
Avec l'envie de pulser cette énergie féconde et illimitée
Tout autour de soi, et qui par effet de ricochets rebondit
Et retentit de toi à moi, de vous à nous, à l'infini...

* En psychothérapiecongruence est le terme employé par Carl Rogers pour indiquer une correspondance exacte entre l'expérience et la prise de conscience

http://anais-bonaventure.over-blog.com/article-48779926.html



mercredi 2 décembre 2015

L'esprit du temps

Ressentir le temps qui passe en suivant la grâce
De la course folle d'une feuille d'automne
Au dehors par la fenêtre, le regard perdu face
A ce non-sens qui pointe dans la vie d'un homme.

Déchiqueter son planning en mille miettes de papier
Parce qu'il n'a plus cours, ce tyran qui oblige et dirige
Pour se libérer des "on doit" par un "je choisis" en toute liberté
Et enfin respirer comme une jolie plante dansante sur sa souple tige.

Stopper l'amas de biens en tout genre qui encombre
Tout : l'espace, l'esprit, l'estomac, l'essentiel.
Que faut-il au final pour être soi, en bonne santé, serein loin des ombres ?
Si l'on est sincère, bien peu d'objets et beaucoup d'amour éternel.

Vivre finalement, plein de présence et de gratitude
Pour être là, conscient et les yeux ouverts en grand
Avec le sourire, le bonheur, la joie dans son attitude
Comme porte-drapeau et exprimer son êtreté ouvertement.

http://messages.terrenouvelle.ca/lesprit-du-soleil-questionsreponses/

dimanche 29 novembre 2015

Pré rit

Fleur parmi les fleurs, elle se sentait seule cependant.
Quand le vent chatouillait ses corolles d'argent,
Elle s'apercevait que les siennes voletaient d'un côté
Tandis que celles de ses voisines allaient de l'autre et ça la dérangeait.

Alors bien entendu tout n'était pas inversé.
Sur certains points, elle pouvait converser et échanger
Avec ses comparses, déployant ses couleurs au tout-venant.
Mais... de là à laisser voir qui elle était réellement...

Et pourtant, quoi de plus magnifique qu'un champ
De prairie fleuri, composé de tant de variétés différentes ?
Du blanc, du jaune, du bleu, du vert, du rouge, du violet,
Multitude de tons qui réchauffe le cœur pour nous toucher.

Là où untel sera attiré par la rose nacrée,
Un second préférera le lilas parfumé ou le muguet.
Uniformiser ce que l'on est n'apporte que tourments.
Accepter ce que l'on est apporte la délivrance.

Souhaitons à cette jolie plante de prendre conscience
De son potentiel et de vivre sereinement
Sa belle différence qui par le biais de sa singularité
Suscite joie et complémentarité par sa particularité.

http://123hdwallpapers.com/fr/pretty-flower-meadow.html#.VlsX__l5PYc

dimanche 22 novembre 2015

Magna unda

La vague qui déferle en nous est magnifique
Comme l'orage dans une plaine immense :
La puissance du vent, l'ampleur de l'énergie magnétique,
Les éclairs d'une beauté froide formant leurs danses...

C'est hypnotique : on ne peut que répondre à son appel
Bien que notre mental gronde et attise nos querelles internes.
Il faut alors chercher en soi, au plus profond de nos potentiels
La force et l'assise pour tenir vaille que vaille nos propres lanternes.

Rien n'est joué d'avance, comme tout est réglé au final.
A chacun de tenir son rôle, du mieux que l'on peut
Car autant tout être a le droit de douter de sa tâche sans égale,
Autant l'oublier, c'est se renier à petit feu.

Tout concorde dans la vie pour révéler qui l'on est ;
C'est une question de choix et de responsabilité dans ces derniers.
Point besoin d'une grande destinée hollywoodienne pour illuminer.
Uniquement être soi-même, c'est là la clef de l'Eternité.

Magna unda : grande vague

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hokusai

dimanche 15 novembre 2015

Paix chez Ka pis tôt ! - Péchés capitaux

J'ai pour objectif d'expérimenter ce luxe urgent
D'accrocher par esses via le verbe
Ce qui m'étreint ou déploie le cœur, en vie,
Loin de toute goure, m'en disent d'autres âmes bien intentionnées.
Certes, la musique enivrante jouée telle celle d'un orgue, oeil intérieur tourné vers l'extérieur,
Cela varie ce que je devais entendre en conscience assurément.
Mais là, c'est fini. Illico l'air se rassainit en respect de qui je suis.

Définition de goure : drogue falsifiée

http://calligraphieetco.canalblog.com/archives/2010/05/11/17859697.html

dimanche 8 novembre 2015

Herôs

Le regard fixant l'horizon loin devant,
Fier et solitaire en terre étrangère,
Le voici, le voilà, le Sauveur Blanc
Qui résoudra tous nos soucis, même ceux de naguère !

Ah punaise, qu'est-ce que j'aimerais qu'il existe
En vrai, ce super Herôs des temps à venir.
Parce que forcément il aura réponse à tout et vite,
Et puis tout le monde portera sur les lèvres le sourire.

Que là, et bien il n'y a que moi quoi...
J'ai beau regarder autour, je ne trouve personne
Qui puisse régler les problèmes en claquant des doigts.
Ainsi, on ressent avec force son âme qui résonne.

C'est à ce moment-là la découverte de celui qu'on nomme le Sauveur
Qui attend sagement et tranquillement qu'on l'interpelle
Parce que tout simplement il se trouve en notre for intérieur ;
Mais comme on ne lui demande rien, il patiente avec zèle.

Alors Mon Ami, mon Frère, fini de procrastiner !
Allons chercher nos capes et notre divinité d'Hommes
Puisée à la Source pour pourfendre sans délais
Ce qui étreint nos Cœurs et s'en libérer tel le ver dans la pomme.

http://club.ados.fr/dinjelai/mages-3060/photo/mage-blanc-204873.html

mercredi 4 novembre 2015

Fluctuat nec mergitur

Fluide et calme comme le courant d'automne en eau douce,
Souple et solide dans la posture de tous les jours,
Douce et chaude telle la transhumance d'été qui s'achève,
Voici la voie de la Vie et ses mystères sans trêves.

J'aime à te voir toucher du doigt cette Energie révélatrice,
De celle qui réunit les belles Ames d'éternité actrices
Par leur positionnement lumineux illimité et infaillible
Car issu du Cœur, du Soleil Intérieur paisible.

Oh, c'est facile à écrire mais pas si simple à expérimenter.
Laisser couler en soi cette onde recherchée
C'est accepter et ouvrir les bras à ce qui vient
Avec confiance et courage enfin.

Dans ce temps qui n'appartient à personne, choisis ta route
Et accède à ton Moi Divin en chassant les doutes.
Réappropries-toi les Secrets inoubliés, juste en attente,
Enfouis comme les graines prêtes à germer en dilettante.

Fluctuat nec mergitur :  Il flotte sans être submergé ; Il est battu par les flots, mais ne sombre pas

http://wikireve.fr/dir/reves-b/4811-bateau

samedi 31 octobre 2015

Brûlage pastoral

Lorsque notre peau se détache par lambeaux,
Il faut y voir l'oeuvre de notre Père Soleil,
Qui par son action ardante et sans pareille
Nous caresse de ses nombreux cadeaux.

Certains préfèrent appliquer de la crème
Afin de contrer le détachement de nos mois morts ;
D'autres s'affichent sous ses rayons brûlants au prix fort
Oubliant qu'il faut d'abord cuirasser son derme.

Moi, j'attends avec plus ou moins de patience, je l'avoue
D'avoir une peau tannée telle celle du baroudeur,
Qui quelque soit l'intensité de la lumière à toute heure,
Ne la ressent pas comme une atteinte mais un contact doux.

Car comme le Phénix qui renaît de ses cendres
Ce feu divin est un présent pour le Sage
Qui accepte la purification par ce passage
Et laisse avec Amour l'Energie en lui descendre.

Si elle ne rencontre aucun obstacle, ce sera rapide et indolore.
Si tout est claquemuré, gare aux retours de flammes !!!
Mais dans les deux cas, en respect de soi ou au pied du mur, l'Ame
Plus légère car débarassée de ses scories, bénira cette nouvelle Aurore.

http://cooldown.fr/news/hearthstone-deck-fun-mage/

lundi 26 octobre 2015

Panorama

Quand je me positionne en face d'une étoile,
Elle m'apparaît tangible et entière.
En me déplaçant de quelques mètres à droite,
Tout cet univers se redessine en changeant mon hier.

Ce qui est vrai pour la géographie
L'est pour le relationnel, bien entendu.
Mais autant l'on accepte la première sans soucis,
Pour ce qui est de l'entourage, c'est loin d'être conclu.

Il en faut du courage pour oser regarder en face
Celui ou celle que l'on chérissait il y a peu de temps
Et s'avouer que ce qui se partageait auparavant lasse
L'un, l'autre, voire les deux à la fois maintenant.

Alors évidemment tout n'est pas perdu.
Aux deux intéressés le choix de raviver
Ou non la flamme, l'échange continu
Qui jusqu'à présent les nourrissaient.

Et puis lâcher prise sur ce qui a été
Pour laisser la place à ce qui peut être,
Avec la même personne ou une autre, qui sait ?
Et bien Toi seul, de ta vie le Maître.

Dédicacé à ma douce aimée Carine

https://linhaiwen.wordpress.com/2012/05/25/circular-360-panorama-park/

dimanche 25 octobre 2015

Des S - Déesse - Des esses

Serpentant parmi les idées Sombres
Sournoises, je louvoie Subrepticement,
Silencieusement, tout en Soliloquant
Seule au milieu des Souvenirs.

Saluai-je l'ami que l'effroi Sinistre
S'insinue en mon âme Stoïque,
Stupéfaite et naïve d'être Si
Simple d'esprit, loin du Subtil.

Saurai-je un jour Soudain
Sentir intérieurement, en mon Squelette,
S'épanouir la belle rosace Sinusoïdale
Sauvage de la fleur de vie Sereine ?

Sanctifie-moi, divine Souveraine,
Sublime énergie Solaire
Sidérale, qu'enfin je Sois
Sincèrement en paix et Sage.

http://portail2012-fr.blogspot.fr/2013_05_01_archive.html

samedi 17 octobre 2015

Entre deux ou entre-deux ou entre d'eux

C'est à l'image d'une porte que l'on franchit :
Avant de passer de l'autre côté et goûter au nouveau
On laisse l'ancien et le connu sans défis,
Avec tout l'affect et les souvenirs reçus en cadeaux.

Comme une mue, au fur et à mesure de l'approche
De ce passage, on se défait des scories qui s'agglutine,
Pour ne garder que les pépites extraites de la roche
Qui  nous illuminent de leur richesse non vénale mais divine.

Cela ne se fait pas facilement à moins d'être déjà un Maître.
Les pelures sont accrochées à nos peaux
Et mon Dieu que ça fait mal de les soulever de son Etre
Parce que tellement imbriquées dans nos chairs qu'elles semblaient Nôtres.

Il faut alors reconnaître cette entrée nouvelle pour s'ébrouer
De ce qui n'est pas Nous, se libérer pour enjamber
Ce Pas Sage et sourire à ce qui nous est présenté.
Léger, vrai, lumineux de tout possible, voici que les routes sont variées.

http://www.photoshoptuto.com/tag/porte

mardi 13 octobre 2015

Au pied du mur

Et voici que de mes nuits ressortent les ombres.
Implacables, elles me mettent au pied du mur,
Que dis-je, des murailles de mes coins sombres.

Mes pensées assassines trépignent de passer à l'acte
En forçant le passage à l'aide des peurs ancestrales.
Qui suis-je, moi, pour bénéficier de la lumière, un pacte ?

Grondez en moi, colère et stupeur, parce que mes yeux s'ouvrent.
Difficile de digérer que tout s'écroule autour de moi.
Pourquoi ne puis-je laisser filer ce temps qui se couvre ?

Si, je le peux. En attestant du pouvoir du Soleil intérieur tout en rondeur,
Qui prend sa place et se fait même bien présent en toute dimension.
Haut les Coeurs, les Vivants ! Que notre sourire soit le signe de ralliement frondeur !

http://h16free.com/2010/05/26/3056-au-pied-du-mur

mercredi 7 octobre 2015

Flamme sacrée

Fleur divine et chaleur de l'Univers
Moi Ta Flamme Sacrée je viens te saluer.
Oh, il faut me voir toute  humble et lumière,
Sans notion de grandeur ni d'âmes dévouées.

Je me rappelle à toi parce que je suis oubliée.
Non pas éteinte, cela ne se peut voyons, tu ne serais pas.
Disons que face à ta vie quotidienne surmenée,
Il ne reste peu de place pour dialoguer avec toi.

Avoue, très souvent tu brides ta Petite Voix
Parce que face à certains choix, on te demande le lâcher-prise,
Une confiance totale et infinie en ce que tu reçois...
Mais tu ne conçois pas que ce monde-là existe, ça te tétanise.

Pourquoi ? La liberté te terrifie et attise
Le chaud de la Révélation et le froid de tes Peurs.
Moi, je suis là pour animer tes richesses sises
En ton For Intérieur, sous une couche constante de noirceur.

Regarde donc ce que tu recèles et réveille avec ardeur
Les trésors en ton Sein qui pulsent avec constance.
Vis pleinement cet instant de connexion profonde en ton Cœur
Et vois-moi, ta Source rayonnante en confiance.

Ah !!! Bonjour Belle Ame, nous retrouvons enfin notre connivence !
Sens-tu combien nos retrouvailles te changent en dedans ?
Tu t'illumines et resplendis littéralement en silence
Car Toi-Moi nous nous parlons enfin pour exister véritablement.

http://nidish.unblog.fr/category/statue-et-eternelle-flame-de-paix-a-oslo/

dimanche 4 octobre 2015

Maillage

La nuit étoilée change notre regard :
Il redevient celui de notre enfance
Qui sait intimement de façon si dense
Combien la magie nous entoure avec égard.

Mieux, elle est en nous inconditionnellement.
Sans relâche, elle toque à nos diverses portes
Et quelque soit les chemins de différentes sortes
Elle les emprunte pour qu'on se la rappelle intérieurement.

Il faut dire qu'on peut être magnifiquement aveugle
Face à ses manifestations pourtant significatives.
Là où nous pensons : "Quelle chance !" de façon votive,
Elle ne peut faire face à nos égotiques remugles.

Cependant, certains d'entre nous, de plus en plus nombreux,
Se remémorent et expérimentent cette énergie originelle.
Et là où ils parlaient de coïncidences vénielles,
Maintenant, c'est leur Petite Voix qu'ils écoutent en eux.

On peut les rencontrer sur nos routes,
Lumineux, éclairants et bienveillants,
Humains de chair, certes, mais Dieux vivants,
Non pas en pouvoir mais en Amour pour tous et toutes.

Ils nous montrent que nous avons le choix
De rayonner à notre manière singulière
Mais totalement concomitante avec nos tiers
Créant en cela un environnement empli de Joie, et de Toi, et de Moi.

https://cedglobalchange.wordpress.com/2013/11/02/nassim-haramein-et-la-theorie-de-lunification-notre-realite-exposee/

dimanche 27 septembre 2015

Déploiement

Danser au gré du vent avec les feuilles mortes,
Mêlant vie et fin d'une existence en même temps,
Comme un cycle qui perdure à l'unisson parmi les cohortes
D'autres huit en suspens uniquement pendant un instant.

Communiquer avec tout être pulsant d'une énergie
Qui est commune pour tous, quelque soit sa provenance
Et sa destination, source d'informations infinies,
Innombrables, pour ceux qui ont choisi leur itinérance.

Aimer, non pas à la manière du mental
Mais bien avec le vrai Cœur intérieur solaire
Pour rayonner tout autour de Soi et faire un canal
De lumière magnifique et vibrant dans tous les Univers.

Vivre, Etre, Exister de la tête aux pieds
Avec le sourire en continu parce que pleinement là,
Acteur de ses propres choix et avis éclairés.
Voici ce que le prochain jour adviendra.

http://aquarellune.com/tag-henri-matisse-la-danse.html

mardi 22 septembre 2015

Communion(s)

Un jour qu'elle s'en allait au marché,
Cette jeune femme aperçut sur son chemin
Une magnifique opale zébrée,
De quoi faire son bonheur sans fin.

Revenue au village, elle s'empressa de montrer
Sa trouvaille à l'ensemble de ses voisins.
L'un lui dit : "Tu dois absolument la garder".
L'autre déclara : "Vends-la pour manger à ta faim."

Un troisième : "Tu devrais en faire un bijou monté".
Un quatrième : "Donnes-la moi, je la voudrais bien".
Un cinquième : "Quel malheur que ce soit toi qui l'ai repérée".
Bref, un florilège d'avis plus ou moins sereins.

A nouveau seule avec ce cadeau empoisonné
A son goût, elle s'interrogea sur ce que le destin
Voulait d'elle après toutes ces démonstrations démesurées :
Marchander la pierre ? La jeter ? La porter ? La garder comme butin ?

Elle eut l'idée d'aller voir le Sage dans la forêt
Et le questionna sur comment procéder enfin.
"Ce n'est pas toi qui a découvert l'opale, c'est elle qui t'a trouvé.
Demande-lui directement ce qu'elle attend de toi pour son bien et le tien."

Bien que surprise par cette réponse, elle interpellait
L'Etre sur le devenir de leur relation minéral-humain.
"Je te remercie d'entrer en contact avec moi, bien aimée.
A partir d'aujourd'hui, nous serons l'une et l'autre toujours en lien.

Mes diverses vertus t'aideront à t'affirmer et exister
Grâce à l'Amour que tu déploieras pour moi comme gardien
Mais aussi comme amie et soeur de coeur pour l'éternité.
Il te suffit pour cela de capter mon Energie en ton Sein."

Ainsi la jeune femme fut-elle initiée
Aux richesses du monde minéral divin.
Tout concourt à la symbiose dans ce monde illimité.
A nous de communiquer avec Tout Un chacun

Dédicace pour Sandrine

http://bijou-creatif.fr/opale.html


dimanche 20 septembre 2015

Bouteille à la mer

Comme une bouteille à la mer, nous lançons un appel
Tout plein de désir sans savoir qui le réceptionnera.
Et lorsque l'attente se fait éternelle,
On brandit le poing en s'écriant que l'on ne s'y refrottera pas.

Bien sûr que les chances sont minimisées dans ce choix de stratégie :
C'est une énergie de désespoir, une tentative sans y croire au fond.
L'idée c'est d'essayer en souhaitant réussir,
Comme lancer une fléchette à l'aveugle pour qu'elle se fiche au milieu du rond.

Alors quelques fois l'objectif est atteint, c'est vrai.
Qu'est-ce qui fait que cette fois-là ça marche et pas toutes les autres ?
Serait-ce une question de foi dans l'action, un lâcher-prise parfait ?
Une authentique perception de notre pouvoir intérieur éclos ?

Cette intuition qui vient à nous, à n'importe quel moment,
Nous ancrant à cet instant précis par une prise de conscience éclatante
Sur le quoi faire et comment, voilà l'état de Grâce à vivre en permanence.
Ce n'est pas jeter une demande à la volée et se figer dans l'attente.

Vivre, c'est expérimenter. Laisser son pouvoir à d'autres forces que soi,
Comme un message dans une bouteille à la mer, c'est de la survie,
En voulant que quelqu'un prenne des décisions pour moi.
Sauf si sur le papier il est écrit : "Merci à la Vie".

http://cheznectarine.centerblog.net/rub-bouteille-a-la-mer-.html

mercredi 16 septembre 2015

Réflecteurs

Vêtue de couleurs chaudes et dynamiques
La Belle ondule, exprimant sa joie d'Etre.
Son ample jupe légère tourne de façon hypnotique
Et les regards ne peuvent de cette vision rien omettre.

Svelte mais cependant imposante par son charisme,
Son sourire franc et libre accroche les cœurs,
Sème sur les lèvres cette envie de mimétisme
Pour dire oui à la vie et vibrer de bonheur.

Qu'importe qui est là autour d'elle, car elle est intensément
Intérieurement en son sein, et rien ne peut la faire vaciller
Bien que pourtant c'est sur la pointe des pieds qu'elle danse,
Aérienne et si présente en même temps dans un équilibre parfait.

Au ressenti, ce peut être l'incarnation d'une déesse antique,
De celle qui rassemblait les foules dont la ferveur
Et la dévotion les menaient vers des transes extatiques,
Même si ce n'est pas du tout les vues de la Belle à cette heure.

Quel spectacle nourricier et enchanteur que cette vision
De liberté totale et de véritable incarnation d'existence
Sans limites à être ce que l'on est intrinsèquement au plus profond
De soi-même, à irradier de ce soleil intérieur si intense...

Ces instants de communion tel que celui-là sont des cadeaux
Qui nous rappellent que ces trésors sont là, en nous.
Merci à ces Beaux et Belles pour leur témoignage si chaud
A nos cœurs qui se souviennent que Belles et Beaux, nous le sommes tous.

http://diaprojection.unblog.fr/2013/02/11/les-projections-lumineuses-colorees-dans-la-danse-serpentine/

samedi 12 septembre 2015

Au fil de l'eau...

Lorsque notre regard se pose sur une surface liquide,
Grande ou petite, on peut voir un espace serein
Quand les eaux sont paisibles, sans rides
Ou alors troublé par des éléments extérieurs sans dessein.

Voyez cette ravissante feuille d'érable aux couleurs d'Automne
Tomber librement de sa branche secouée par le vent.
Elle se laisse porter par les courants d'air, autonome,
Jusqu'au lac aux flots limpides et impermanents.

Doucement, tendrement, elle amerrit et se dépose délicatement,
Déclenchant des ondes concentriques de plus en plus importantes,
Cercles d'une perfection inégalée se déployant
A l'infini vers les confins des rives de ce courant.

Et puis à nouveau tout reprend son aspect premier :
La ligne zen du lac, et sa passagère végétale
Qui dérive, tranquille, au gré de la brise, dégagée
De tout lien, suivant le chemin tracé pour elle, optimal.

Car arrivée au bord du lac, une jeune main
Vient la repêcher et l'accueillir en s'extasiant
De sa beauté et des nuances de ses teintes
En sachant qu'elle fera pour sa maman un magnifique présent.

Tout concourt à ce que chacun soit en interaction :
Le vent, le lac, la feuille, l'enfant connecté
Qui a porté sur l'horizon liquide son attention,
Attirée par la magie de ce moment parfait.

Là où la vision qui juge interprète les ridules
De cet univers bouleversé par un événement perturbateur
Comme néfaste, le Cœur sait l'oeuvre bénéfique qu'elles véhiculent.
Pour ce faire, son écoute est l'acte libérateur...

http://fr.best-wallpaper.net/One-piece-maple-leaf-blue-lake-water_wallpapers.html

jeudi 3 septembre 2015

Transparence

Le vase se sentait beau et fort
En cristal épais mais finement ciselé.
Dans la pièce, on ne l'avait pas mis au bord
Mais bien en évidence pour qu'on puisse le voir en premier.

La lumière du soleil qui venait le lécher de ses rayons
Permettait une cascade d'arc-en-ciel joyeux
Et réchauffait l'espace tout autour de ce giron,
Donnant du plus bel effet pour le plaisir des yeux.

Ce récipient était plein à ras bord d'eau.
Ce n'étaient non point des fleurs qu'il contenait
Mais de petits poissons rouges et blancs tels des joyaux,
Chatoyants dans l'onde scintillante et sacrée.

Tout aurait pu continuer sur ce mode de symphonie pastorale...
Malheureusement, un beau jour, les poissons décidèrent d'un autre chemin.
Certes, le cadre était charmant et agréable,
Cependant ils en avaient vite fait le tour mine de rien.

Catastrophe infinitésimale pour le vase vide !
Sans occupants, sans raison de vivre, mais qu’adviendrait-il de lui ?
Lorsqu'on retira son eau marrie, son espoir devint aride :
Ainsi il n'était plus utile à personne et ses jours se teintèrent de nuit.

Pourtant, à chaque lever de soleil, il éclatait de rais
Multiples et infinis, colorés et généreux.
Lui seul ne le voyait pas : persuadé d'être un aquarium à jamais
Il ne pouvait envisager une autre voie pour être heureux.

Arriva un jour où l'on dut le changer de place,
Le temps de rénover la pièce où il se tenait.
Il fut calfeutré pour qu'il n'y ai point de casse,
Sans exposition à la moindre petite clarté.

Tout devint limpide pour cet être cristallin
Confronté à la noirceur de sa cache,
Quand un grand "Ouf" de bonheur enfantin
Vint l'accueillir à son retour sans bravache.

Et oui, son éclat intérieur était le sien,
Oui, c'est de lui qu'émanait cette réverbération
En harmonie avec la lueur du Soleil Divin !
Aquarium, vase, qu'importe : transparent, il était pure vibration.

http://flickrhivemind.net/Tags/r%C3%A9flexion,vase/Interesting

mercredi 2 septembre 2015

Accompagner (A compas n'y est)

Je suis à côté de toi et je vois que tu es égaré.
Je suis à côté de toi et je sens que tu es perdu.
Je me tiens à côté de toi et pourtant à tes yeux je suis effacée.
Je me tiens à côté de toi et pourtant en ton sein je suis inattendue.

Tu es à côté de moi mais je me vois étrangère.
Tu es à côté de moi mais je sens une ombre qui se délecte.
Tu te tiens à côté de moi et je ne peux t'atteindre face à cette barrière.
Tu te tiens à côté de moi et sincèrement cette situation me débecte.

Nous voici l'un à côté de l'autre mais nous ne nous comprenons pas.
Nous voici l'un à côté de l'autre et moi je t'accompagne dans ton brouillard.
Nous voici face à face l'un l'autre et toi tu es inaccessible pour moi.
Nous voici face à face l'un l'autre et moi je suis là si tu veux de ma main dans le noir.

Je suis face à toi et je sais que toi seul décide.
Je suis face à toi et je ne peux faire à ta place ces choix.
Je suis près de toi et te laisse gérer ta vie sans égide.
Je suis près de toi et t'accepte quelle que soit la direction de ta voie.

http://fr.123rf.com/images-libres-de-droits/instrument_navigation.html

mercredi 26 août 2015

Il était une fois...

On prête aux méchants des histoires
Des pouvoirs terrifiants et pendables
Qui tétanisent les pauvres mortels notoires
Mais mettent au défi des héros incroyables.

Dans la réalité de chacun, ce n'est pas si manichéen
Car des coups nous en recevons ; certes pas des boules de feu,
Des jets tétanisants, des sortilèges aux buts inhumains...
Non, c'est machiavéliquement plus simple et demande peu.

Alors tout un chacun est apte à s'improviser Grand Magicien.
Il suffit d'une seule et unique compétence : la parole.
Ainsi, bien que ce matin-là tout allait magnifiquement bien,
La sensation d'être anéanti, sans énergie, vous colle.

Bon sang, mais qu'elle est la cause de ce mal-être ?
Oh, juste trois fois rien : une phrase glissée dans la conversation
Et captée par une oreille, faisant son chemin mètre par mètre
Pour finalement phagocyter l'élévation de la vibration.

C'est souvent anodin et inconscient, mais incisif et décapant.
Car les mots choisis, chargés symboliquement et en adéquation
Avec la thématique font un ravage spectaculaire au demeurant...
Ou alors dans l'autre sens ont la portée d'un bonheur sans concession.

Que ta parole soit impeccable dit le premier accord toltèque.
C'est une gymnastique difficile je le reconnais mais pas impossible.
A l'image des héros de nos livres de contes de bibliothèque,
On peut choisir un récit noir, sans couleurs, ou une histoire de vie inextinguible.

http://iletaitunefois83.blogspot.fr/

dimanche 23 août 2015

Omnipotent

Voir en soi son potentiel est une preuve de maturité,
C'est accepter ce qui est sous toutes ses formes
Nommées injustement bons et mauvais côtés
Car c'est porter un jugement comme normes.

Il est plus facile, c'est vrai, de se dire
Que non, je ne suis pas capable de faire cela,
Plutôt que de décider de vivre
Cette expérience du mieux que je peux, pas en deçà.

Douter de ce qui est, de ce que je suis,
D'être la solution à mon énigme du moment
Peut être un moyen de dépassement aujourd'hui
Mais non pas une fin en soi initialement.

La pierre doute-t-elle d'être un minéral ?
La fougère se pose-t-elle la question de son identité végétale ?
Le colibri remet-il en balance son appartenance au règne animal ?
Alors pourquoi l'Homme ne croit-il plus en sa puissance ancestrale ?

Peut-être le lien qui nous unit aux différents mondes vivants
Est à réactiver, et encore plus celui qui est en moi.
Commencer par prendre du temps pour s'écouter sans paravent,
Redécouvrir qui je suis et ce que je veux expérimenter ici-bas.

Démêler ce qui m'a été inculqué, voir rabâché pour plus de sûreté
Est une séance de nettoyage intérieur fondamentale.
Tout ce que j'ai appris et accepté pour tel dans le passé,
En ce présent, je le sasse au tamis de mes entrailles.

Il n'y a pas de bon ; il n'y a pas de mauvais.
Ce sont des trajets de vie pour lesquels j'ai donné mon accord.
Pas toujours de façon consciente, c'est exact, mais
Pour tout acte accompli, un choix de ma part a été réalisé avec ou sans efforts.

Je, Nous, Tous, sommes aptes à appliquer nos décisions
Quelles qu'elles soient ; c'est le pourquoi de notre venue.
Repousser, refouler, dénigrer, oublier ces dispositions
C'est annihiler la nature propre de tout individu.

http://www.arcturius.org/chroniques/vous-ne-savez-pas-la-puissance-de-votre-coeur-tout-est-reflet-de-sa-pensee/

mardi 18 août 2015

Vacuum

S'il est un vœu pieux à faire,
Je souhaite faire celui-ci : 
Que mon esprit soit libre d'entraves
Affectives, matérielles et spirituelles.

Par entraves, je parle de liens

Qui retiennent, qui bloquent, qui emprisonnent.
Là où nous devrions être élevés en vibration,
Nous sommes retenus par d'innombrables cordes.

La solution est de s'en débarrasser au fur et à mesure,

Car la brusquerie ne mène à rien.
Petit à petit, dissoudre les nœuds qui bloquent
Est plus sage et aisé à réaliser.

C'est à l'usage des grains de sable qui bouchent
L'évier : l'eau stagne avec les résidus
Dans le bac et il est difficile de sentir
La flagrance fraîche et douce du lâcher-prise.

Commencer par regarder autour de soi,

Au plus près de ce qui nous entoure : 
Qu'est-ce qui nous est réellement utile
Comme objets, comme relations, comme croyances...

Ca demande un regard authentique sur soi en premier lieu

Car c'est la clé de toute démarche.
Les ondes du galet dans l'eau partent 
Toujours de l'intérieur vers l'extérieur...

L'amoncellement est une forteresse qui enferme

Et non pas une libération par l'accumulation.
Si c'était une vérité, le Monde serait rieur et joyeux,
Et malheureusement, ce n'est pas notre quotidien.

Etre léger et libre de contraintes,

C'est le vœu pieux que je fais,
Pour moi, pour tous, que ce vœu
Se réalise dans cet ici et ce maintenant.


http://aubonheurdedieu-soeurmichele.over-blog.com/

lundi 17 août 2015

Odeurs de sainteté

L'évier est bouché : des scories depuis longtemps enferrées
Maintiennent cet état d'eau croupie et de remugles puissants,
A tel point qu'il est difficile de s'en approcher.
Et pourtant c'est un point stratégique des êtres vivants.

Car comment nettoyer sans pouvoir jeter les flots usés ?
Comment se sentir propre et léger quand autour de soi règne un air vicié ?
Comment maintenir un espace chaleureux et sain sans évacuer ?
Comment accueillir quand tout est débordant de trop plein accumulé ?

Il n'y a qu'une seule solution : déboucher l'évier expressément.
Pour se faire, prendre son courage à deux mains est essentiel.
Par respect pour soi et son environnement, point de produits chimiques polluants !
Démêler et débloquer les éléments obstruants est la clé d'une vidange formelle.

Tenir à bout de bras, avec des ressentis glaçants, ce qui bouche
Le siphon est une épreuve intimidante et génératrice de réminiscences.
Cependant, on en sort grandi quand enfin un air frais remplace le putride en touche...
Quel bonheur que d'en remplir ses poumons et laisser couler les flots en abondance !

Alors, à nouveau, on retrouve son bien-être initial car l'évier est accessible :
Ses eaux ruissellent pour nous abreuver, nous nettoyer, nous laisser aller.
Ce qui doit partir peut le faire sans freins ni liens indestructibles
Car pour rien au monde nous ne laisserons l'évier une autre fois se boucher.

http://www.lesacdemamie.fr/astuces-deboucher-son-evier/

mardi 11 août 2015

Mécanique quantique

Qu'il est bon de recevoir un baiser,
Qu'il provienne d'un être cher ou inconnu,
Quelle que soit la raison invoquée
Quand cette douceur arrive sur notre corps détendu.

Un instant et tout est contrebalancé :
Uchronie où tout est possible et bienvenu,
Ultime porte qui en ouvre tant d'autres à la volée,
Ubiquité générée devant l'infini absolu.

Attention, ce baiser n'est pas celui adressé
A l'Autre comme une action quotidienne continue.
Assurément, il est le résultat d'une intention nommée
Amour, de celui qui n'attend rien de plus.

Nourrissant l'Ame, le Cœur sans délai,
Nous avons en nous ce Pouvoir accru :
Nonobstant les règles de bienséance inculquées,
Nantissons ce savoir-être à brides éperdues !

Totalement disponible, sans arrière-pensée,
Tendre, simple, cette énergie créatrice de bien-être dévolu
Toujours est prête à être partagée
Tel un flot abondant discontinu.

Utilisons-là activement de façon répétée
Universellement et sans retenue
Uniquement avec des vibrations élevées
Urgemment car nos vies sont décousues.

Maternelles, fraternelles, passionnées,
Maintes manières existent pour présenter à un individu
Magiquement, amoureusement, un baiser...
Misons sur la quantique du partage impromptu !

http://qualita1.unblog.fr/2009/12/31/les-effets-de-la-parole/



samedi 1 août 2015

Vit vent

Me voici ramené brusquement sur la terre couleur lapis-lazuli.
A mon cœur ton chaud soleil
Se tortille au fil de fer comme une vrille
Et déploie ses ailes comme des anges atypiques,
Laissant murmurer le clapotis des vaguelettes d'écume sur le bout des pieds.

Poème réalisé par Evelyne, Fred, Maud, Xavier et Sandrine le 31 août 2015 avec la technique du cadavre exquis : quatre textes ont été ainsi écrit ; le poème final est la sélection des vers qui parlaient le mieux à tous.


http://www.loveispop.com/reviews/60bestalbumsof2013/attachment/aureole-reincarnation/

samedi 18 juillet 2015

Au commencement était le Verbe

Jouer avec les mots, c'est jouer avec la Magie,
Car dans ceux-ci, l’Ame agit à travers les sons,
Et l'intention de celui qui les dit
Ou écrit car il y a mis pour un temps sa vibration.

Les Sésame ouvre-toi ou Abracadabra
Ne marchent que si ses âmes clament
Avec leurs cœurs ces formules sans format
Et parvenir en eux à ouvrir des formes ultimes unanimes.

Nous avons chacun des invocations propres,
Qui nous rassurent, comme un avocat sa plaidoirie :
Certaines ouvrent des plaies d'un doit riche d'opprobre ;
D'autres nous libèrent et nous élèvent à l'infini.

A l'avenir, vivons comme des Merlins en puissance :
Acceptons-là venir, cette énergie,
Comme une mère l'un de ses enfants
Dans son giron puis sans restriction le regarde s'épanouir.

http://www.contrelitterature.com/archive/2008/09/19/le-carre-sator-le-pater-noster-et-la-croix.html

mardi 14 juillet 2015

Prisme

La palette des couleurs est d'une variété incroyable :
Quand on prend le temps de s'y intéresser, c'est tout un monde qui se déploie.
Pour une seule teinte, d'infinis dégradés se côtoient,
Chauds, froids, pulsants, calmants... on en devient insatiable.

Si l'on devait faire une comparaison, on pourrait choisir les Humains.
Tout comme ce diapason visuel, ils ont cette capacité à décliner
Des états d'être multiples qui n'appartiennent qu'à eux seuls en particulier ;
Ce qui les place à une échelle unique pour chacun.

Il est aisé à assimiler que vouloir ressembler à quelqu'un d'autre que soi
Est voué à l'échec : on ne trouve deux créatures identiques nulle part dans la nature.
Même les jumeaux ont des empreintes sans similitude.
Soyons comme les coloris : vibrants de notre individualité par choix.

Déployons nos savoirs-être intrinsèques inconditionnellement :
Ceux-ci illumineront comme le fait un arc-en-ciel  un ciel gris.
Faisons comme la lumière passant en rai dans un prisme,
Révélons ce qui est en nous en tons éclatants !

http://www.elishean.fr/?p=36946




samedi 11 juillet 2015

Aération

Une Idée créatrice cherchait à éclore
Parmi des personnes très différentes :
De l'enfant à l'adulte et pléthore,
Elle s'invitait en rêve, en lecture, en réflexion dilettante.

Mais voilà : des pensées obnubilaient ses hôtes,
A tel point que l'Idée ne pouvait germer
Parmi un tapis de peurs, encombré de fautes
A expier et d'obligations à gérer.

C'était à l'image d'une pièce de maison envahie,
Surchargée d'objets à l'abandon,
Mais qui restent prégnants d'inertie,
Tout étant sclérosé et sous contention.

Comment, mais Comment illuminer d'un éclair
Cette façon d'Etre et sortir de leur torpeur
Ses doux rêveurs pour qu'ils puissent d'un pur air
Dépoussiérer l'atmosphère de leur Intérieur ?

Titiller la corde sensible bien entendu !
Celle qui réveille leurs âmes d'enfant et originelles,
Raviver les vibrations d'antan et comme un déjà-vu,
La Magie opère et l'Idée peut s'épanouir en elles.

Ami, bien des idées te viennent à chaque instant.
Tu les reconnais au sourire qu'elles font naître
Sur ton visage car porteuses de présents.
Ouvres grand les portes de ton Etre...

Telles les graines de multiples variétés de fleurs
Qui se déposent sur un sol meuble et nourricier,
Les idées créatrices t’amèneront du bonheur
Et l'en-vie communicative de les partager.

http://www.mon-habitat-durable.fr/maison-ecologique/aeration-maison.php


samedi 4 juillet 2015

Géométrie sacrée

Le carré est jaloux du cercle
Car ce dernier a la chance de savoir rouler,
Alors que lui avec ses arêtes qui taclent
N'est bon qu'à être casé.

Tout à sa bouderie d'être ce qu'il est,
Il ne comprend pas les cadeaux
Qu'on lui propose sous diverses formes variées :
Expériences, compliments et doux mots.

Ces présents-là, ce ne sont que des flatteries
Pour l'entourlouper, donc faux par conséquent.
On ne la lui fait pas, à lui,
Cette méchante blague ; il n'est plus un enfant !

S'il était né cercle, bien entendu
Que tout aurait été différent et plus facile.
Tout roule pour ce chanceux et parvenu,
Pendant que lui trime à émousser ses angles malhabiles.

Un hexagone vient à passer sur son chemin :
Oh ! Incroyable ! Celui-ci, malgré ses angles,
Avec prouesse roule sur lui-même sans fin...
Quelle élégance, quelle prestance... le carré s'en étrangle !

"Mais alors, tout est envisageable au final !
Que je sois carré ou losange, il suffit d'y croire !"
Ni une ni deux le voici à faire le point général
Sur ce qu'il est capable de réaliser avec espoir.

Si un hexagone qui a des droites
Peut se mouvoir sur lui-même avec grâce,
Le carré allait se la jouer en autodidacte
Et agrandir en illimité autour de lui son espace.

Les louanges de ses amis lui reviennent tout à coup :
Oui, il peut être ce qu'il est au-dedans
Puisque en lui recèlent divers atouts,
Non exploités jusqu'alors mais réveillés maintenant.

Tout n'a pas été aisé pour notre carré ;
Il a du batailler pour sortir
Des ornières des idées toutes faites à son sujet.
Il poursuit ce travail d'ailleurs, et toujours avec le sourire.

En effet, il sait qu'un jour viendra
Où avec ses propres défauts et qualités,
Tout au long d'un cheminement constant il arrivera
A créer sa vie telle qu'il l'a décidé.

http://hexnet.org/content/2010-crop-circle-roundup


mardi 30 juin 2015

Dieu est Dieu

Jonctions, rencontres, espace sensationnel :
Jouvence peut être le nom du Net sans label.
Jouant mon va-tout pour contacter cet untel,
J'oubliais mes peurs et lançait l'appel.

J'osais et voici qu'un bel,
Joyeux échange naissait, bien réel.
Jolie reconnaissance car restant tel quel
Joignant nos idées en ton pastel.

Jovial est cet homme, rappel
Joueur du temps immortel.
Joker à la voix digne d'un gospel,
Joyau qu'est ce rire doté de décibel.

Jonglant avec un esprit universel
Joutes et analyses critiques passent à son scalpel.
Jour béni que ce mail providentiel,
Joël, mon Ami, je te dédicace ce poème atemporel.

http://raphaelhernandes.com/author/rhhernandes/

Etymologie du prénom Joël : Dieu est Dieu (hébreu).

dimanche 28 juin 2015

Cristal'un

Il fut un temps où tout était clair et vivant
Entre les différents règnes sur Terre.
D'une seule émission de vibration chantante,
Les êtres en relation se lisaient comme à travers du verre.

Autant dire que l'existence en était simplifiée
Et surtout la vie basée sur le respect.
Là où l'incompréhension aurait pu prédominer,
Chaque acte était transparent à souhait.

Cette époque vécue est révolue, mais non perdue.
Une certaine nostalgie d'ailleurs nous la rappelle ;
Il  ne tient qu'à nous d'affirmer en temps voulu
Cette posture comme postulat de communication interpersonnelle.

Se montrer tels que nous sommes,
C'est se révéler avec Amour à l'Autre.
Voir l'Autre tel qu'il est, à l'image d'un rhizome,
C'est l'accueillir comme s'il était nôtre.

Encore faut-il avoir le courage
De se dévoiler et de s'aimer soi-même.
Comment recevoir de son vis-à-vis des mots sages
Si on ne peut les intégrer à son propre schème ?

Voici donc le chemin à prendre
Frères et Sœurs de Cœur.
Soyons libres de prétendre
A être qui nous sommes sans peur.

Oublions ce rêve de perfection,
Expérimentons avec plaisir,
Chérissons le Vivant à profusion
Gardons le partage comme point-de-mire.

http://www.fr.blog.baikalnature.com/tag/banquise/



mardi 23 juin 2015

En aval

Tout commence avec un petit ru,
Léger et glougloutant activement,
A la recherche de quelque chose de disparu
Mais il ne sait pas quoi forcément.

Il prend de la force et de la vigueur,
Se fait rivière cascadant à travers champs,
Collines et vallons tout en rondeur,
Abreuvant animaux et végétaux en même temps.

Ce filet d'eau devient de plus en plus important,
Rassemblant au gré de son parcours
D'autres comparses et affluents,
Si bien qu'on le nomma fleuve sans détour.

Mais c'est sans compter sur cette intuition,
Cet appel fort et impérieux
D'aller de l'avant sans opposition
A cette voix intérieure et son cœur amoureux.

Le voilà à ce jour majestueux et imposant.
Ses flots sont vrombissants et porteurs de vie.
Il se déploie alentour au gré du temps,
Tantôt calme et serein, tantôt vif et investi.

Et voici qu'après toute cette distance parcourue,
Une joie intense se déploie dans ses eaux,
Car là, devant lui, il trouve ce qu'il a tant attendu :
La Mer, l'Océan, où tous se rejoignent dans un parfait tempo.

Enfin il peut se déployer corps et âme,
A l'infini et sans retenue aucune.
Chaque goutte de cette étendue le charme
Car de nouveau avec lui, elles ne font qu'une.

De cette vaste identité retrouvée,
Des gouttes se forment à divers endroits,
Dans le sol, dans l'air, dans le ciel, condensées.
Et alors, un petit ru peut partir à la recherche d'un je-ne-sais-quoi...

http://normandy50.over-blog.com/article-gouttelettes-58585844.html

samedi 20 juin 2015

Métamorphe

Belle de jour, ombre de nuit,
Ainsi vivait une âme solitaire sans bruit.
Scintillante, étincelante, superficielle face à autrui,
Coléreuse, ombrageuse, dense était-elle dès minuit.

Elle s'était fait une raison après plusieurs essais
Pour basculer définitivement du côté lumière.
Car dans son idée, on ne peut être ténèbres
Et avoir une vie respectable et fière.

C'est donc avec désillusion qu'elle jouait son rôle,
Souriante et aimable, affable et frivole.
Nul ne se rendait compte dans quelle geôle
Elle retenait cette partie d'elle-même dans une camisole.

Jusqu'au jour où elle fit la rencontre
D'un personnage appelé Azar, qui se montre
Toujours là où l'on ne l'attend pas et contre
Lequel aucun artifice ne peut fondre.

Ce dernier avait revêtu l'habit
D'un singulier jeune homme bien bâti.
D'un seul coup d’œil aguerri,
Celui de l'Amour, il lui dit :

"Un sourire grimé ne vaut pas
Une bouche fermée mais juste, là,
Car elle sera en adéquation parfaite via
Le cœur et la posture présentés par toi.

Tu voudrais ne montrer de ta personne
Que du blanc, du doux, du tendre qui résonne
Une mélodie de bienséance et respectabilité bonne...
Bref, une jolie comédie avec un scénario monotone.

C'est insipide à souhait, ne trouves-tu pas ma belle ?
Quel ennui, cette vie qui a comme nom "perfection" pour label !
Ce qui fait la rareté du diamant est son inclusion naturelle :
Prends-le en exemple et exploites tes incongruités personnelles.

Tu es colérique, jalouse, obsessionnelle... et alors ?
Regardes à combien de reprise ceci t'a aidé dans l'effort !
Pourquoi vouloir se scinder en deux avec remords
Et vivre de sorte une existence aux portes de la mort ?"

Ses propos eurent l'effet d'une gifle cinglante
Pour notre héroïne qui se voulait en société pimpante...
Après un premier réflexe de déni et de pure haine pour l'impudent,
Petit-à-petit, les paroles d'Azur infusèrent lentement.

Ainsi, à présent, quand elle souriait, c'est parce qu'elle le voulait.
Ainsi, à présent, quand elle criait, sa colère était juste et sans regret.
Ainsi, à présent, quand elle tenait bon sa place, elle cultivait le respect.
Ainsi, à présent, quand elle aimait, tout en elle vibrait et s'épanouissait.

http://www.arcturius.org/chroniques/metamorphose-chenille-hilarion-via-jean-paul-thouny/



mercredi 17 juin 2015

... et le début c'est la fin

C'est ton regard en premier lieu qui me capte,
Oui, c'est ça, capture est le bon mot.
Je m'y plonge corps et âme, comme un rapt,
Et ce, en quelques secondes illico.

Puis c'est le son de ta voix qui m'enveloppe,
Tout comme le feraient des bras chaleureux,
Une mélopée de phrases qui galopent
Donnant la sensation d'une chevauchée fougueuse.

Ce sont ensuite tes mains, aimantes et douces
Qui n'ont rien d'enfermant ni d'insistant.
Elles suivent librement leurs voies et épousent
Avec tendresse les gestes des aimants.

Cette alchimie qui se déploie,
Je souhaite à tous de l'éprouver.
Fille ou garçon, qui que tu sois,
Puisses-tu ressentir ce partage illimité.

Interconnectés, nous le sommes tous d'office ;
Cependant à ce jour débranchés, ou plus tôt
Logués mais pas sur les bonnes prises.
A nous tous d'investir la réalité qui est nôtre.

J'imagine ainsi que demain,
Je me promène le cœur ouvert et confiant.
Au détour d'une rue, tu apparais au loin...
Nous nous rapprochons et nous nous disons, rayonnant :

C'est ton regard en premier lieu qui me capte....

http://lejardindejoeliah.com/2013/05/30/vous-etes-laimant-de-tout-ce-qui-vibre-sur-la-meme-frequence/

La fin n'est que le début...

Version 1 : 

Ame brillante parmi la foule alentour,
Amoncelée de remords et criant au secours,
Amnisties-toi et tiens bon face au compte-à-rebours :
Amalgames les fils de ta trame en velours.

Ambitionnes une voie qui mène loin, sois sans retour !
Amas d'ouragans, de tempêtes, de volcans : rien ne te laisse gourd.
Amuses-toi, régales-toi, savoures !
Amis et chants vont de pair pour toujours !

Amplifies cette force en toi tout autour ;
Amadoues les lézardes qui t'échinent et te laboures ;
Amorces la poignée des projets aux multiples atours :
Amen ! Tout s'enclenche tour à tour !

Amendes-toi du mieux que tu peux sans détours,
Amon-Rê tend ses bras face à ta bravoure.
Amènes avec toi sur ton parcours
Amazones, anges et être merveilleux pour t'accompagner durant ton séjour.


Version 2 : 

Ame brillante parmi la foule bigarrée,
Ourlée de remords et réprimée,
Amnisties-toi et tiens bon face à la marée :
Ourdies les fils de ta trame entamée.

Ambitionnes une voie qui mène loin, sois libérée !
Ouragans, tempêtes, volcans, rien ne peut te consumer !
Amuses-toi, régales-toi de magnifiques contrées...
Hourvaris et chants vont de pair pour s'affirmer !

Amplifies cette force en toi tant décriée,
Hourdes les lézardes qui t'échinent à l'accoutumée,
Amorces la poignée des projets qui te sont destinés :
Hourra ! Tout s'enclenche à point nommé !

Amendes-toi du mieux que tu peux sans procès.
Ouranos tend ses bras pour t'acclamer.
Amènes avec toi pour t'accompagner
Houris, anges et être merveilleux "in-formés".


Version 3 :

Ame brillante parmi la foule bigarrée,
Ourlée de remords et criant sa liberté,
Amnisties-toi et tiens bon face à la marée,
Ourdies les fils de ta trame à tisser.

Ambitionnes une voie qui mène loin, sois enthousiasmée !
Ouragans, tempêtes, volcans, rien ne peut te consumer !
Amuses-toi, régales-toi de magnifiques mets...
Hourvaris et chants vont de pair pour s'affirmer !

Amplifies cette force en toi tant bridée,
Hourdes les lézardes qui t'échinent à l'excès,
Amorces la poignée des projets qui te sont destinés :
Hourra ! Tout s'enclenche comme tu l'as imaginé !

Amendes-toi du mieux que tu peux sans te réprimer.
Ouranos tend ses bras pour t'acclamer.
Amènes avec toi pour essaimer
Houris, anges et être merveilleux "in-formés".

http://www.flickriver.com/photos/23416307@N04/tags/oiseaux/

samedi 13 juin 2015

Parcelles d'infini

Un rai de Soleil et une coruscation de Lune
Se tenaient par la main quand soudain
La dualité croisa leur chemin.
En ni une ni deux leur idylle ne fut plus que brume.

Dans le Ciel, la consternation était reine :
Comment faire pour pouvoir se rencontrer à nouveau ?
L'un de jour, l'autre de nuit, quel créneau
Restait-il pour les deux amoureux en peine ?

La solution leur apparut, simple comme bonjour :
S'incarner dans deux êtres aptes à gérer les deux aspects,
Un homme et une femme qui s'aimeraient
En tout respect, et d'un profond amour.

Homme Soleil et Femme Lune, prenez le temps
De ressentir en vous cette Lumière
Qui rayonne de ces deux astres sans frontière,
Cette douce chaleur, aimante et vibrante.

http://littlesun.canalblog.com/archives/2006/01/18/340843.html